Devenir ingénieur généraliste
en systèmes numériques et objets communicants

L’ingénieur généraliste en systèmes numériques et objets communicants joue un rôle passionnant dans notre société du XXIe siècle où le potentiel de développement de l’informatique et de l’électronique numérique est encore immense. Faire aujourd’hui ce choix de carrière, c’est non seulement opter pour l’un des métiers les plus recherchés par les entreprises internationales, c’est décider de devenir un acteur des bouleversements décisifs qui marquent notre époque.

 

Un profil rare, toujours plus recherché par les entreprises

La formation dispensée par l’Esigetel a été pensée spécifiquement en fonction des besoins des entreprises. Présentant une haute expertise technique couplée à de réelles compétences managériales, le profil des ingénieurs Esigetel constitue une denrée rare sur le marché du travail, précieuse pour les entreprises françaises et étrangères.

Alors que les investissements des entreprises en R&D dans le numérique explosent, le secteur est marqué par une offre d’emplois largement supérieure à la demande. On estime ainsi à 800 000 le nombre d’emplois qui devraient manquer en Union Européenne dans le secteur en 2020… Une étude[1] commanditée par la Commission européenne sur le sujet conclut : « il est vital de préparer des managers capables d’exploiter la valeur des TIC et des outils associés ».

Cette situation de « pénurie » bénéficie aux ingénieurs Esigetel à un double niveau :

  • De larges débouchés professionnels, donnant une grande liberté de choix aux ingénieurs.
  • Des salaires attractifs.

 

Un choix et des perspectives… presque illimités

C’est à l’ingénieur en électronique numérique qu’il appartient désormais de fixer lui-même ses propres limites.

Métiers

De la conception à l’industrialisation en passant par la fabrication, l’ingénieur Esigetel dispose d’un vaste choix de métiers à fortes responsabilités : chef de projet, ingénieur R&D, architecte réseau, consultant systèmes embarqués, ingénieur d’études, ingénieur d’affaires, directeur de centrale…

Secteurs d’activité

Des domaines tels que les réseaux intelligents, les réseaux d’entreprise, les énergies nouvelles, les drones ou encore l’avionique touchent aujourd’hui presque tous les secteurs de la société: industrie santé, commerce, défense, transports… Et de nouveaux territoires ne cessent d’être découverts.

Dimension des structures

Entrepreneur ou salarié, au sein d’une société multinationale ou dans une startup innovante, chacun, selon sa personnalité, peut exercer son expertise dans les conditions qu’il souhaite.

Destinations géographiques

L’Europe ne représente aujourd’hui que 20% du marché mondial du numérique. Plus de la moitié des services en ligne en Europe sont établis aux Etats-Unis. Si la France a de forts besoins en ingénieurs numériques, c’est également le cas des pays européens, asiatiques et d’Amérique du nord.

 

Un acteur des évolutions décisives de notre époque

Le temps semble aujourd’hui s’accélérer. Chaque jour, de nouvelles étapes sont franchies et de nouveaux domaines d’innovation découverts. L’ingénieur en électronique numérique est placé en première ligne dans la création et la mise en place de solutions techniques innovantes.

Quelle que soit la Majeure choisie, les futurs ingénieurs Esigetel disposent d’un bagage idéal pour relever certains des défis les plus passionnants de notre temps :

  • Drones et Droïdes
  • Energies nouvelles et Réseaux intelligents
  • Réseaux et Virtualisation
  • Avionique et Espace

Ces 4 domaines connaissent depuis plusieurs années une évolution exponentielle. Leur potentiel paraît sans limite, à l’image par exemple du secteur des drones civils.
Cette spécialité prochainement enseignée à l’Esigetel est marquée par :

  • Un développement très important consécutif à une forte baisse des coûts de production qui a entrainé une explosion des ventes.
  • Une chiffre d’affaires qui a triplé en moins de trois ans[2].
  • Une diversification très forte de ses utilisations (livraisons, reportages vidéos, agriculture de précision…) et la quête de nouveaux marchés de développement.

[1] Etude réalisée conjointement par l’INSEAD, empirica and IDC Europe. 2013.

[2] Institut d’études économiques Xerfi